Archive for septembre 2009

Il est passé par ici, elle repassera par là…

… Sans fureter partout, venue en passant dire que je n’ai pas déballé tous les cartons ni collé sur les murs les posters , m’enfin … on peut déjà visiter. Mon nouveau blog traîne un peu à s’installer, et avec 8 visiteurs qui ont pu voir 40 pages hier – quand je n’en ai qu’une à montrer – les statistiques me font toujours rire même quand je pèle de froid devant mon portable.
A bientôt, j’espère !

.

Migration saisonnière

Il me paraissait difficile d’affronter les longs mois d’hiver sur ce blog où mon incompétence fatale pour tout ce qui relève de la gestion d’un outil fantasque (je veux dire un peu plus complexe qu’une ardoise et son morceau de craie) m’interdit d’aller plus longtemps…
On me suivra ou non, je migre, je m’évade, je me refais un lifting ou une école buissonnière, avec mon baluchon où vont d’abord les livres puis tout le reste,  s’il y a de la place. Et ce sera ici… prochainement !

Une vraie nuisance

bruit1source

Tirée ce matin d’un profond sommeil par les basses du voisin qui traversaient lers murs, j’ai bondi hors du lit, allumé la radio plein tube et ouvert la fenêtre ( et avec les basses j’avais maintenant la mélodie – si l’on peut dire !) puis, quelques secondes après, m’est venu de je ne sais où un sourire amusé avec la question : quelle sorte de bouddhiste suis-je ? Toujours en souriant, j’ai refermé la fenêtre et baissé le son de la radio. Vous me direz peu-être que c’était encourager le voisin à emmieller le voisinage : peut-être, mais il m’a paru plus judicieux de me guérir moi-même avant de soigner le voisin, qui n’était pas en danger, au contraire de moi. En danger de devenir agressive en cédant à la colère, le seul véritable ennemi dans cette histoire. D’ailleurs, le voisin a diminué le son dès la fin du morceau qui m’avait réveillée. Et je n’étais même plus de mauvaise humeur…

Cela dit, il peut être indispensable, dans certains cas, de prendre des mesures pour faire cesser une nuisance persistante. Calmement, mais sûrement.

échelle2source

Mouvement sans effort

Citation :

Marcher vers la sagesse du Bouddha en commençant par s’asseoir tranquillement.

Soûtra de la liberté inconcevable
Les enseignements de Vimalakirti
Traduit du chinois par Patrick Carré
Editions Fayard
.

Ces petites vies à la recherche du bonheur

poisson-chat2source

Extraits de : « 365 méditations quotidiennes du Dalaï-Lama »
Presses de la Renaissance
Édité chez Pocket – Spiritualité

Je pense que chaque être humain a un sens inné du moi. Nous ne pouvons expliquer d’où nous vient ce sentiment, mais il existe. De lui nous vient un désir d’être heureux et de surmonter la souffrance. Cela est tout à fait justifié : nous avons par nature le droit d’être aussi heureux que possible, tout comme nous avons le droit de ne pas souffrir. L’histoire de l’humanité tout entière s’est développée à partir de ce sentiment. Et d’ailleurs, cela n’est pas réservé aux seuls êtres humains : du point de vue bouddhiste, même le plus petit insecte éprouve ce sentiment et, selon ses capacités, cherche à devenir plus heureux et à éviter les situations malheureuses. (page 195)

Pour ce qui est des conflits et des différences, de toutes les différentes espèces d’animaux sur cette planète, les humains sont les plus grands fauteurs de troubles. Cela est clair. J’imagine que s’il n’y avait plus d’humains sur cette planète, elle serait un endroit plus sûr. Il est certain que pour des millions de poissons, de poulets et autres petits animaux, ce serait là une véritable libération. (page 176)

Certains font remarquer que, de toute façon, les animaux d’entre-dévorent. C’est exact, mais on ne peut nier que les animaux qui mangent les autres ont un comportement simple et direct : quand ils ont faim, ils tuent, quand ils n’ont pas faim ils ne tuent pas. On est loin de l’attitude des hommes qui abattent des millions de vaches, moutons, poulets et autres juste pour le profit. Un jour, J’ai rencontré un Juif polonais, un homme bon et intelligent. Comme il était végétarien et que les tibétains ne le sont pas, il me dit : «  Je ne mange pas d’animaux, mais si j’en mangeais, j’aurais le courage de les tuer moi-même. ». Nous, les tibétains, nous faisons tuer les animaux par les autres, et ensuite nous les mangeons !  (Rire)      (page 178)

Celui qui n’éprouve pas la moindre hésitation ni la moindre compassion en tuant un animal ou en le faisant souffrir aura logiquement plus de mal qu’un autre à en éprouver envers ses congénères. Il est toujours dangereux d’ignorer la souffrance d’un être, quel qu’il soit, même s’il nous apparaît nécessaire de le sacrifier pour être utile au plus grand nombre. La nier, ou éviter d’y penser, est une solution commode, mais cette attitude ouvre la porte à tous les excès, comme on le voit pendant les guerres. Elle détruit aussi notre propre bonheur. Je le dis souvent, l’empathie ou la compassion finissent toujours par nous être bénéfiques. (page 177)
.

Ce n’est pas (encore) l’automne

Cette superbe animation ne passe pas très bien sur mon portable, mais les commentaires (sur le site) ne signalent rien de tel. J’espère que vous pourrez en suivre les méandres… et les métamorphoses.

Bonheur et méditation

bonheur
Bonheur de la méditation

Yongey Mingyour Rinpotché
Préface de Mathieu Ricard

Editions Fayard
(existe aussi au Livre de poche)

J’ai fini par penser, ces derniers temps, que je me trompais sur le sens du mot bonheur. Un jour, j’ai décidé de chercher en moi ce qu’on appelle bonheur, et je n’ai rien trouvé.  J’étais comme ce petit portable sur lequel j’écris en ce moment, qui semble parfois en panne quand je lui donne à défragmenter le disque dur : sa petite loupiote affiche un calme plat, et il m’arrive de penser qu’il a planté ; mais non, il réfléchit, il s’est attaqué à un gros fichier et, tel  un haltérophile aux J.O., il pousse sur ses jambes pour soulever au dessus de sa tête un nombre impressionnant de … kilo-octets.

J’ai donc passé un certain temps à n’avoir que la question en tête, et aucune réponse en vue à l’horizon, même avec des jumelles… Où était donc passé ce fichu bonheur dont on nous rebat les oreilles ?
Finalement mon ordinateur sort de sa léthargie apparente et non, il n’avait pas planté. Il balance son chargement d’octets à l’endroit idoine et sans souffler s’attaque au suivant.
Contrairement à lui, je cherchais à soulever quelque chose qui n’existait pas ailleurs que dans ma programmation culturelle. Le bonheur, ce n’est pas ce que je croyais. Ce bonheur-là, c’est comme l’Arlésienne : on en entend beaucoup parler et on ne le voit jamais.
Ce long préambule pour dire : si vous cherchez le bonheur, lisez ce livre. Je l’ai à peine commencé mais senti qu’il parlait vrai, non que d’autres ne le fassent pas, mais celui-ci jette un pont entre ma culture et la sienne – et, accessoirement, oriente mes jumelles dans la bonne direction. Le bonheur, c’est scientifiquement prouvé, ça existe. Il faut juste regarder au bon endroit.

Qu’on veuille bien m’excuser de parler aussi légèrement d’un livre qui est un magnifique enseignement d’un grand maître du bouddhisme tibétain. Il dit ce que tous disent, mais d’une manière juste assez différente pour que je sois sensible, par exemple,  à la notion de « bavardage entre neurones » dont il est question dans ses premières pages, entre autres lieux.
Et maintenant, je vais faire comme ce petit portable, afficher un calme plat – juste apparent, espérons-le ! – et continuer ma lecture.