.

Sitôt ouverte, voici ce que m’annonce la page g**gle :
.

.

C’est donc le jour de l’Aventure.
J’aime les livres et les films d’aventure, Zorros et Peplums inclus, et particulièrement la sous-catégorie « Film Catastrophe », dont on sait, en se posant dans un fauteuil juste avant le noir dans la salle, que le héros s’en sortira vivant bien que bouilli, congelé, asphyxié, contaminé, transformé en pelote d’épingles, hâché menu, noyé, en train de divorcer et/ou misogyne, et que dans la sous-catégorie « Il Faut Sauver Le Monde » il aura Sauvé Le Monde – et le petit jeune qui l’accompagne – à la dernière milliseconde, et qu’il épousera la fille ou retrouvera, repentante et éblouie, l’ex-future divorcée qui ne prenait plus ses appels.
Exception notable : Bruce Willis, (Harry) que je ne félicite pas de lâcher ses fans et sa fille à la fin de Armageddon
(ci-dessous résumé en quelques répliques du film)

Un ingénieur :
Il nous reste 18 jours… avant qu’il entre en collision avec la Terre !

Harry :
Ce qu’on nous demande aujourd’hui c’est de sauver le monde. Quelqu’un veut refuser ?

Chick :
Harry ? Y’a une sorte d’horloge sur cette tête nucléaire qui vient de se déclencher.

L’ours :
C’est bon. On tire au sort. Et celui qui gagne reste et s’envoie en l’air.

Harry :
On a gagné, Grace !
(il s’envoie en l’air avec l’astéroïde)

Carotte :
Et les gars n’oubliez pas que… On est des héros maintenant ! Alors, heu… mon petit délire là-haut avec le rayon laser c’est pas la peine d’en parler.

…..

Or donc, dans la catégorie « Film Catastrophe », il n’est plus nécessaire de s’asseoir dans une salle obscure. On saura tout sur Unstoppable en allant lire ici un épique, palpitant et néanmoins hilarant spoiler.
.

.

 

Publicités