pour ceux qui ne savent plus s’aider, ni même se laisser aider ? Ceux qui ne disent plus rien, fantômes de leur propre vie et uniques habitants d’un désert ? Ceux qui disent bonjour-bonsoir et passent dans la rue d’un pas tranquille comme s’ils étaient toujours vivants ?


.

Publicités