La métamorphose, ça inspire le truand, surtout quand il a été trahi : j’ai vainement cherché sur le web, en vidéo,  un extrait de ce film (adapté d’un roman de Alphonse Boudard et dont j’ai offert un CD, ce dernier Noël, à un vieil ami cinéphile) où apparaisse Pierre Brasseur  que j’aimais particulièrement. Mais il a baissé le rideau en 1972, nous laissant tout de même son grand acteur de fils, Claude Brasseur : c’est toute une dynastie !
On peut retrouver Pierre Brasseur, outre dans les grands films qu’il a tournés, sur cette vidéo en compagnie de Georges Brassens  chantant dans un bistro. Sur le dos de la jaquette, il figure sur la petite photo à droite.
Mais notre métamorphose ???  demanderez-vous.
C’est simple :
Nous sentons-nous exactement le (la) même qu’avant, après avoir regardé et écouté Lino Ventura et Georges Brassens ?
………….
Comme quoi, les cloportes, c’est juste un cas particulier dans l’espace du vivant.
.

Publicités