Posts from the ‘J'hallucine !’ Category

2 portraits

1. monsieur Docteur

Terminator3

2. mon ordinateur fou

gentil6

Nouvelle star, c’est fini

J’avais dit la dernière fois (à ma fille) que s’ils viraient Camélia Jordana je ne regardais plus jamais la Nouvelle Star. Ça leur a pris une semaine, mais ça y est, ils l’ont fait. Mon petit doigt me dit que la gamine – qui a encore gravi un échelon ce soir – ne va rentrer seulette dans son petit Liré pour filer la laine et garder la maison… Mais quand même. C’est fini, je ne regarderai plus jamais La Nouvelle Star. Sauf s’ils ramènent Marianne James, peut-être… Ah ! bon ? Tu ne savais pas que je regardais La Nouvelle Star ? Ils sont émouvants, à force de vouloir si fort et de le faire si bien – même quand ils se plantent. Ils sont vivants. Ils ne trichent pas. Ils triment. Ils encaissent. Quand on les vire, ils remercient. Ils sont polis, talentueux, aventureux, cassés, anxieux, radieux : vivants. Et en plus, ils chantent.

.

« Bonne nouvelle »

Lu dans les commentaires d’un article concernant un gamin de huit ans au commissariat – le précédent n’avait que six ans, si je me souviens bien :

 » Des cravaches pour les profs, et la police en guise de surveillants, comme ça quand les élèves sortirons du Lycée ils seront pas dépaysés en prison.(…) »

Et c’est signé hgfd

C’est pas tous les jours dimanche et qu’on a de bonnes nouvelles. Aussi j’ai tenu à en faire profiter tous les parents partis en pique-nique, par une si belle journée, avec leurs gamins de huit ans. Ceux de 6 ans savent déjà à quoi s’en tenir.

.

Bouter (encore) les anglais hors de France ?

Reine2

source

Je sais bien que la Pucelle d’Orléans avait de très bonnes raisons, mais depuis ce temps les choses ont pas mal évolué : on s’est aimés, puis on s’est séparés, puis on s’est retrouvés… Et pendant la dernière guerre, on a bien travaillé ensemble, même qu’ils nous ont fait une petite place pour LE général ; et Radio Londres, c’était quelque chose dans nos foyers, même au fin fond du midi. Hé ! oui, les français parlaient aux francais, du genre (en clair) : « Demain parachutage à Pétaouchnock », et  le codage n’était pas de la langue de bois mais de la Résistance.

Bref, à l’occasion des fêtes anniversaires du débarquement, nous n’avons pas invité la reine d’Angleterre.  Et là, j’hallucine. Remarquez,  si on m’avait demandé mon avis, je l’aurais invitée avec sa petite famille, parents et alliés, parce que les alliés de mes alliés sont mes alliés : noblesse oblige, non ? Il est vrai que le premier ministre anglais, lui, est invité. Or, pour autant que je sache, le président se lève quand on joue « la Marseillaise », mais la reine ne se lève pas quand on joue « God save the Queen ». Parce que le président est un français comme les autres, sauf qu’il est président, alors que la reine est… l’Angleterre. C’est leur affaire, certes. Mais inviter le ministre d’Angleterre et pas l’Angleterre… cherchez  l’erreur !

Cela dit, mon père, résistant, disait toujours : « l’ennemi héréditaire de la France, c’est pas l’Allemagne, c’est l’Angleterre ». Il résistait à tout… sauf quand il y avait un parachutage ou un courrier à transmettre de Trifouillis-les-oies à Pétaouchnock. En chemin, il dormait dans les cimetières, parce qu’il n’y risquait pas de se faire repérer par une patrouille allemande…

.