Posts tagged ‘liberté’

Rien qu’un homme…

.
..
… libre.

Publicités

Musique d’opéra

.

J’étais tout à l’heure à la médiathèque où j’avais l’intention de me jeter dans l’étude de l’opéra, musique, paroles, corps et biens… Et sagement je choisis,  dans ce qui se trouve encore dans les rayons, Monteverdi, Mozart, Verdi, Strauss, Debussy, Kurt Weil. Et voilà qu’un drôle de CD me saute dans la main. Cela vous est sûrement déjà arrivé : avant même de savoir que vous le voulez, un objet se retrouve serré entre vos doigts et rien ne pourrait vous le faire lâcher, alors même que vous demandez pourquoi vous le voulez ! On peut présumer que c’est l’objet qui vous a choisi : je ne vois pas d’autre explication.
Donc, un opéra dont je n’ai jamais entendu parler veut me dire quelque chose,  en finnois.
J’ai écouté le premier acte, d’abord en regrettant de ne pas le voir sur scène, parce que, reprenez-moi si je me trompe, un opéra est destiné à être représenté dans un théâtre. Et puis j’ai un passé de cinéphile qui m’amène très vite à convertir en images ce que j’entends.
Par ailleurs, je n’ai jamais vraiment été sensible aux musiques du nord de l’Europe, alors que je tends l’oreille dès que j’entends de la musique arabe ou indienne.
Tant pis. Sous peine d’être à la fois ridicule et incomprise, je ne vous dirai pas à quels films m’a fait penser cette musique que j’ai trouvé fort belle, puissante ou tendre, pleine de vies qui s’entremêlent.
Je mettrai même un comble à l’horreur des vrais mélomanes en la chargeant sur mon lecteur MP3.
C’est dire si Armas Launis a toute ma considération !
.

Tux et le Thibet

Suis tombée par hasard sur le mot Thibet pour Tibet, en fouillant G**gle à la recherche d’autocollants.  Étonnée, car cette orthographe n’a plus cours depuis des lustres.  Sauf sur des documents anciens, tels que ceux-ci :



En fait, le Tibet ne s’est jamais nommé Thibet ou Tibet que pour les non – tibétains. En voici la preuve, apportée par Tux, créé par Linux comme mascotte et tenant ici un drapeau du Tibet où figure, en tibétain, une inscription :

Gros plan sur le drapeau :

On remarque sous le drapeau une inscription en tibétain. Si je ne me trompe, on déchiffre : Peu rangzen, ce qui signifie, en tibétain : Tibet libre, comme Free Tibet. En somme, une pierre de Rosette (Non, j’exagère !) Bref, on savait déjà que ce nom de Tibet ou Thibet a été donné à ce pays par ses voisins et propagé par les touristes, entre autres.
Et voilà comment, partie à la recherche d’un timbre, je suis revenue avec un manchot.
Et Peu rangzen, maintenant !


.

La palais et la rue

Moins il y a de liberté, plus il y a de violence.
On tue (c’est difficile de faire plus) Gandhi, Martin Luther King. On emprisonne le Prix Nobel de la paix, ou on le qualifie de « loup », entre autres civilités.
La paix serait-elle un terrible danger ?
Quant à la liberté, dès lors qu’il s’agit des fondamentales, le seul mot suffit à faire lever les bras au ciel. Si la paix est danger, la liberté est  chaos. Inenvisageable.
Alors vient la violence, comme la nuit après le jour, l’hiver après l’automne, la fleur après le bouton.
La violence nait dans les palais et fleurit dans les rues.

Mais une bonne nouvelle : On va béatifier le pape Jean-Paul II.
.

Un petit bout en plus…

… parce que j’avais choisi des livres pas très récents : façon de dire que les français « de la rue » ont  depuis longtemps accès à la parole des tibétains.
Pour ceux qui seraient intéresses par des parutions plus récentes sur le bouddhisme, la question du Tibet et les échanges Orient-Occident (voir aussi le livre de Matthieu Ricard et Jean-François Revel : Le moine et le philosophe, ed. Pocket), voici quelques titres :
.







On peut cliquer sur les photos pour les agrandir. Et ne croyez pas que j’ai tout lu : je fais des provisions pour mes vieux jours… puisqu’il paraît qu’on peut vivre jusqu’à 130 ans maintenant…

Le petit bout de la lorgnette

J’ai lu avec étonnement cet article de Tibet-info, dans lequel (je cite) « (…) monsieur Jean-François Copé, président de l’UMP, a affirmé que « la plupart des Français savent très peu de choses au sujet du Tibet » et que ce qu’ils apprennent vient « d’observateurs français ». Il aurait été utile qu’il précise ce qu’il entendait par cette expression. Il apparaît que monsieur Copé ignore que la France est, avec la Russie, le premier lieu en Occident où le tibétain a été enseigné à l’université (depuis 1842 aux Langues Orientales). L’école française de tibétologie est connue dans le monde entier pour la qualité de ses recherches. Deux chaires sont consacrées aux études tibétaines à l’École pratique des Hautes Études, trois équipes du CNRS comptent des tibétologues, cinq grandes bibliothèques de recherche en France possèdent des fonds tibétains importants et la BNF est en possession d’une partie des manuscrits de Dunhuang, premiers documents historiques en langue tibétaine (VIII-Xe s.). Nous sommes un certain nombre de spécialistes qui consacrons notre vie à l’étude de la culture, de la langue, de l’histoire et de la civilisation tibétaines et dont les travaux sont accessibles au grand public.« 


Il est certain que, lorsque, en 1989, Le Dalaï Lama a reçu le prix Nobel de la paix, il n’a pas fait un tour de France pour nous confier : « Vous savez, j’ai reçu le prix Nobel de la paix ». Nous l’avons appris par la presse.
Hormis cela, nous autres qui ne sommes pas tibétologues, avons tout de même accès depuis fort longtemps à la parole tibétaine, que ce soit dans les centres où l’on étudie le bouddhisme, dans les livres et témoignages, dans d’autres lieux tels que restaurants ou boutiques, et plus récemment dans des films  tels que « La coupe », ou ce roman sur la prodigieuse aventure de Sherlock Holmes au Tibet… N’en déplaise à certains, le Tibet parle aussi.



Mouvement sans effort

Citation :

Marcher vers la sagesse du Bouddha en commençant par s’asseoir tranquillement.

Soûtra de la liberté inconcevable
Les enseignements de Vimalakirti
Traduit du chinois par Patrick Carré
Editions Fayard
.